Html_NAS_Linux_Android

HTML_NAS_LINUX_ANDROID.

HTML PHP.

Balises HTML de structuration de texte.

Chaînes de caractères.

https://www.php.net/manual/fr/language.types.string.php

CSS.

Différents formats de fichiers de polices :
Grid : https://www.alsacreations.com/article/lire/1388-css3-grid-layout.html
Grid : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Web/CSS/CSS_Grid_Layout
Position https://www.youtube.com/watch?v=jx5jmI0UlXU&list=PLa2MMIojP-rBmPVjugbZ8lsZmIucTEGNl&index=3&t=0s
CSS complet : https://www.youtube.com/watch?v=gH3sBOj6CGA

Dévelopement local.

Comparaison XAMP vs WAMP : https://www.positronx.io/xampp-vs-wamp/
💾 Télécharger XAMP sur https://www.apachefriends.org/fr/download.html
XAMP, plus récent, a beaucoup plus d'extension que WAMP. WAMP est plus simple d'utilisation.



LINUX.

Création d'une clé USB bootable.

Rufus utiliser le logiciel Rufus, en spécifiant le disque de démarrage et sélectionnant le fichier .iso souhaité.

Installation de Linux.

références : https://openclassrooms.com/courses/reprenez-le-controle-a-l-aide-de-linux/tester-et-installer-ubuntu
  1. Suppression de tous les outils synchronisateurs tels que OneDrive, Synology CloudStation, Dropbox, ...
  2. Suppression de tous les fichiers des dossiers Téléchargements, Documents, Images, Vidéo, Musique.
  3. Remettre la propriété de l'Emplacement aux valeurs par défaut aux dossiers Téléchargement, Documents, Images, Vidéo, Musique.
  4. Vider la corbeille.
  5. défragmenter le disque dur avec JkDefrag par exemple.
  6. Identifier les partitions existantes, leur nom, taille totale et utilisée. Faire par exemple clic droit sur Ce PC / Gérer / Gestion des disques / propiété sur chaque partition.
  7. Mettre la clé USB de Ubuntu dans l'ordinateur, vérifier qu'il est connecté à internet par câble, et le redémarrer pour booter sur la clé.
  8. Choisir langue français et essayer Ubuntu.
  9. télécharger les mises à jour pendant l'installation de Ubuntu, et installer les logiciels tiers.
  10. Pour conserver Windows 10 installé, choisir "autre chose". (sinon écraser Windows !!)
  11. Partitionner son disque en trois partitions Linux, documents, Windows.
  12. Réduire la taille de la partition windows à un peu plus que la place utilisée repérée précédemment en la sélectionnant et cliquant sur modifier et spécifiant "ne pas utiliser". On peut facilement la repérer par sa taille (par exemple, pour N220 passer de 297 984 Mo à 75 000 Mo (utilisé 33 000 Mo).
C'est la théorie, mais trouvant assez difficile de faire cohabiter Windows avec Linux, j'ai installé Ubuntu 16.04.4 LTS amd64 base Linux 4.13.0-36 à la place de Windows !
Prévoir large pour la partition "/" correspondant au logiciel. L'installation de base prend 4.5Go.

References Debian.

Gestion des utilisateurs.

Voir https://technique.arscenic.org/commandes-linux-de-base/la-gestion-des-utilisateurs/
Voir https://www.debian.org/doc/manuals/debian-reference/index.fr.html
Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Permissions_UNIX
$ sudo !! permet de relancer la dernière commande en tant que "sudo"
$ ls -l est utilisé pour afficher les informations de permissions (et davantage) des fichiers et répertoires.
$ sudo cat /etc/passwd donne la liste des utilisateurs
# chown est utilisé depuis le compte de l’administrateur pour modifier le propriétaire d’un fichier
# chgrp est utilisé depuis le compte du propriétaire du fichier ou de l’administrateur pour changer le groupe du fichier.
# chmod est utilisé depuis le compte du propriétaire du fichier ou de l’administrateur pour changer les droits d’accès à un fichier ou un répertoire.
Cet ensemble de 3 droits(read, write, execute) sur 3 entités se représente généralement de la façon suivante : on écrit côte à côte les droits r, w puis x respectivement pour le propriétaire (u), le groupe (g) et les autres utilisateurs (o). Les codes u, g et o (u comme user, g comme group et o comme others) sont utilisés par les commandes UNIX qui permettent d'attribuer les droits et l'appartenance des fichiers. Lorsqu'un flag est attribué à une entité, on écrit ce flag (r, w ou x), et lorsqu'il n'est pas attribué, on écrit un '-'.
Par exemple, rwxr-xr-- signifie que le propriétaire peut lire, écrire et exécuter le fichier, mais que les utilisateurs du groupe attribué au fichier ne peuvent que le lire et l'exécuter, et enfin que les autres utilisateurs ne peuvent que lire le fichier.
rwxr-xr--
\ /\ /\ /
v  v  v
|  |  droits des autres utilisateurs (o)
|  |
|  droits des utilisateurs appartenant au groupe (g)
|
droits du propriétaire (u)
		
Une autre manière de représenter ces droits est sous forme binaire grâce à une clef numérique fondée sur la correspondance entre un nombre décimal et son expression binaire : À l'expression binaire en trois caractères sont associés les 3 types de droits (r w x) ; il suffit donc de déclarer pour chacune des catégories d'utilisateur (user, group, others) un chiffre entre 0 et 7 auquel correspond une séquence de droits d'accès. Par exemple :

Principales commandes aptitude.

Utilisation : aptitude [-S NomFichier] [-u|-i]
aptitude [options]...

Actions (if none is specified, aptitude will enter interactive mode):

install Install/upgrade packages.
remove Remove packages.
purge Remove packages and their configuration files.
hold Place packages on hold.
unhold Cancel a hold command for a package.
markauto Mark packages as having been automatically installed.
unmarkauto Mark packages as having been manually installed.
forbid-version Forbid aptitude from upgrading to a specific package version.
update maj de la liste des paquets Download lists of new/upgradable packages.
safe-upgrade Perform a safe upgrade.
full-upgrade Perform an upgrade, possibly installing and removing packages.
build-dep Install the build-dependencies of packages.
forget-new Forget what packages are "new".
search Search for a package by name and/or expression.
show Display detailed info about a package.
showsrc Display detailed info about a source package (apt wrapper).
versions Displays the versions of specified packages.
clean Erase downloaded package files.
autoclean Erase old downloaded package files.
changelog View a package's changelog.
download Download the .deb file for a package (apt wrapper).
source Download source package (apt wrapper).
reinstall Reinstall a currently installed package.
why Explain why a particular package should be installed.
why-not Explain why a particular package cannot be installed.

add-user-tag Add user tag to packages/patterns.
remove-user-tag Remove user tag from packages/patterns.

Options:
-h This help text.
--no-gui Do not use the GTK GUI even if available.
-s Simulate actions, but do not actually perform them.
-d Only download packages, do not install or remove anything.
-P Always prompt for confirmation of actions.
-y Assume that the answer to simple yes/no questions is 'yes'.
-F format Specify a format for displaying search results; see the manual.
-O order Specify how search results should be sorted; see the manual.
-w width Specify the display width for formatting search results.
-f Aggressively try to fix broken packages.
-V Show which versions of packages are to be installed.
-D Show the dependencies of automatically changed packages.
-Z Show the change in installed size of each package.
-v Display extra information. (may be supplied multiple times).
-t [release] Set the release from which packages should be installed.
-q In command-line mode, suppress the incremental progress indicators.
-o key=val Directly set the configuration option named 'key'.
--with(out)-recommends Specify whether or not to treat recommends as strong dependencies.
-S fname Read the aptitude extended status info from fname.
-u Download new package lists on startup. (interfaces texte seulement)
-i Perform an install run on startup. (interfaces texte seulement)



Androïd.

Comparaison des versions Android


Applications utiles.

    Indispensables.

    Gestion.

  1. MyPhoneExplorer Client synchronisation avec PC
  2. Serrure (Smart AppLock) Pour verrouiller des applications sensibles comme les photos, ...
  3. installée avec Helper(Applock)
  4. Keepass2Android gestion des mots de passe
  5. Keepass DX ? (gestion de mot de passe à tester)
  6. ASUS File Manager. LE gestionnaire de fichier hyper complet.
  7. DS File Acces aux fichiers du NAS Synology
  8. DS Photo Synchro des photos avec NAS Synology
  9. Galerie Photo
  10. easyTek gestion des appareils auditifs
  11. WhatsApp Messenger
  12. Google localiser mon appareil
  13. Firefox
  14. Freebox
  15. Barcode Scanner (ZXing Team) conseillé par IONOS 1&1
  16. Microsoft Office Word Excel PowerPoint scan pdf
  17. OneNote
  18. Google Authenticator
  19. Microsoft Authenticator
  20. TeamViewer pour dépanner
  21. TeamViewer QuickSupport pour être dépanné
  22. Epson iPrint

  23. Finance.

  24. Paiement mobile Caisse d'Epargne
  25. Caisse d'Epargne
  26. Boursorama
  27. Nestor. Gestion des différents comptes bancaires.

  28. Sport, vacances.

  29. Garmin Connect
  30. Strava Ne permet plus, depuis avril 2020, de créer gratuitement des itinéraires.
  31. Maps Navigation
  32. Android Auto
  33. Osmand+ voir Suivre une trace sur Android.
  34. OsmAnd Greffon Courbes de niveau. 2.39€
  35. Maif
  36. Google Lens successeur de Goggle, Réalité augmentée, pour identifier ce qui nous entoure.
  37. Booking
  38. Airbnb
  39. Tripadvisor
  40. Fizzer Cartes postales
  41. Google Traduction
  42. Nest contrôle thermostat

    Pratiques

  1. MétéoBlue
  2. Yuka Scan de produits
  3. Sonomètre
  4. Flowbird remplaçant de Whoosh, parking.
  5. BlaBlaCar
  6. 01net Magazine
  7. Vivino Identification des vins
  8. SkyView
  9. ISS Detector
  10. BirdUp Identifier oiseaux
  11. Smart'Flore
  12. Elix langue des signes
  13. Moon+ Reader
  14. Amazon
  15. Wifi Analyser
  16. PagesJaunes
  17. SolfaRead notes de musique
  18. MuseScore Regarder et jouer des partitions
  19. ShazamTrouver le titre d'une chanson
  20. Deezer
  21. IFTTT
  22. Le Conjugueur

Applications non indispensables.

Installer une application Android.

Non disponible sur le Google Play Store.

Récupérer gratuitement une application payante sur le Play Store.

Mettre à jour les applications Android automatiquement.

  1. Ouvrir l'application Google Play Store Google Play.
  2. Appuyer sur Menu Menu puis Paramètres.
  3. Appuyer sur Mise à jour automatique des applis.
  4. Sélectionner une option :
    1. Mettre à jour les applications à tout moment pour mettre à jour les applications via le Wi-Fi ou les données mobiles.
    2. Mettre à jour automatiquement les applications via Wi-Fi uniquement pour mettre à jour les applications uniquement avec connexion Wi-Fi.

Chiffrer son téléphone.

Faire paramètres / sécurité / Crypter le téléphone ou la carte SD.
ChiffrerCrypter

Chiffrer la carte SD. BOF !

Chiffrer la carte SD, la vrai solution, permettant de continuer de synchroniser avec MyPhoneExplorer.

Sans se faire voler les données en cas de vol du téléphone.

Chiffrer la mémoire interne du téléphone, la vraie solution sécurisée.

Cacher fichiers sur Android.

L'application Masquer les fichiers ne fonctionne pas sur la carte SD. Pour les photos, elle met seulement un .nomedia dans le répertoire concerné, et ne fait rien pour les autres fichiers.

Entretenir sa batterie.

Appareil photo ne fonctionne plus.

Beaucoup de cause, peut-être les dernières applications installées qui entrent en conflit avec photo, et pour lesquelles il faut peut-être vider le cache, voir désinstaller l'application.
Essayer également de redémarrer le smartphone, et même en mode sans échec, en appuyant longuement sur Eteindre et choisissant le mode sans échec, mais pour moi ça n'a jamais fonctionner. (Pour remettre le mode normal, simplement arrêter et redémarrer le smartphone).

Mais ce qui a fonctionné, c'est d'enlever la batterie pendant 30mn et remettre en marche !!! Probablement des problèmes de condensateur ?
et vider le cache.


Réinitialiser Android.

  1. faire des screenshots.
    screenshot Afin de conserver une trace des raccourcis installés,
    effectuer un screenshot de son écran LG G4.
    Maintenir quelques secondes le bouton volume bas ainsi que le bouton Power/Déverrouillage





  2. Sauvegarder ses données avec MyphoneExplorer.
    MyphoneExplorer
  3. Paramètres / Général / Sauvegarder & Réinitialiser / Réinitialiser valeurs d'usine.

Retrouver son téléphone et le sécuriser.

  1. S'il remplit les conditions suivantes :
    est allumé, connecté à un compte Google, connecté à un réseau Wi-Fi ou de données mobiles, visible sur Google Play, la fonctionnalité de localisation activée.
  2. Ouvrir dans le navigateur d'un autre téléphone une instance Google en cliquant ici.
  3. Se connecter avec son adresse gmail en mode privé en sélectionnant gestion de compte.
  4. Aller à la section Rechercher mon téléphone, et cliquer sur démarrer.
screenshot Beaucoup plus facile en utilisant l'application Google Localiser mon appareil. Pour ce faire, installer l'application sur tous les téléphones et installer les comptes gmail des téléphones recherchés sur le téléphone les recherchant.
On voit ainsi dans l'application tous les téléphones recherchés.
Vision de leur position, et possibilité de faire sonner, sécuriser les appareils, effacer leurs données.

surfer sans être connecté.

Prendre la main sur le smartphone.

Sur le smartphone, lancer QuickSupport, et sur le PC lancer TeamViewer.



Raspberry Pi.

Une Raspberry Pi en Serveur web

Formater une microSD en FAT32.

  1. Le choix de la carte est important pour la rapidité du Pi.
    j'ai personnellement choisi la kingston-microsdhc-uhs-i-u3-64Go acheté chez Amazon pour 37.51€
  2. Le standard de formatage pour Windows est NTFS, exFAT, mais pas FAT32 si supérieur à 32Go.
    Hors il faut installer NOOBS qui ne fonctionne que sous FAT32 ! Donc si la microSD n'est pas en FAT32, il va falloir la formater.
  3. Télécharger FAT32 Format sur http://www.01net.com/telecharger/windows/Utilitaire/systeme/fiches/104584.html
    Un seul fichier guiformat.exe ne nécessitant aucune installation ni aucun paramétrage au préalable est téléchargé.
  4. formater la microSD en lui donnant un nom (label).

Préparer la microSD.

  1. Télécharger NOOBS sur https://www.raspberrypi.org/downloads/noobs/ en cliquant sur Download zip. (pas NOOBS LITE)
    le fichier NOOBS_v3.0.0.zip fait 1.7Go, être patient...
  2. Après l'avoir dézippé, copier sur la microSD ayant minimum 8Go les fichiers du dossier NOOBS_v3.0.0 à la racine de la clé. Ne pas copier le dossier NOOBS_v3.0.0 lui même.

Démarrer RaspberryPi.

(Linux raspberrypi 4.9.59-v7 le 02/12/2017)
  1. Mettre la microSD dans le RasBerryPi.
  2. Faire tous les branchements, Vidéo Hdmi, Clavier USB, Souris USB, Internet, Chargeur.
  3. Allumer le RaspberryPi.
  4. Au premier boot, la partition Recovery est réduite au minimum, et une liste d'OS est présentée.
  5. Choisir Raspbian, paramétrer la connexion réseau, et le français pour la langue et le clavier.
    (En changeant de choix, l'OS installé sera écrasé et remplacé par le nouveau choix.)
  6. Une fois Raspian installé et lancé, en profiter pour faire préférences / configuration du Raspberry
    dans l'onglet système, changer le mot de passe. (éventuellement le hostname)
    dans l'onglet Interfaces, activer ssh. (vnc pas obligatoire pour l'utiliser)
    dans l'onglet localisation, régler tout.
    Puis relancer Rasbian. (2.2 novembre 2017)
    $ sudo reboot
  7. Configurer RaspBerryPi.
    $ sudo raspi-config
  8. Avant toute installation mettre à jour le Raspberry
    $ sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade
  9. Faire de la place en supprimant les paquets .deb dans /var/cache/apt/archives. Ils ne servent plus à rien une fois installés.
    $ sudo aptitude clean
  10. Toujours arrêter le Pi en faisant :
    $ sudo poweroff
    Cela aura pris 8' pour la préparation de la carte, 37' pour l'installation de Rasbian, soit 45' au total.
  11. Pour copier du texte dans la console, faire clic droit dans la console.

Se passer de la souris, du clavier, et de l'écran.

  1. Utiliser ceux de son ordinateur sur le même réseau !! Paramétrage.
    1. Trouver l'adresse IP du RaspBerryPi en utilisant Dipiscan.exe à télécharger sur http://www.dipisoft.com/articles.php?lng=fr&pg=2116l utilisation portable sans installation.
    2. Se connecter en ssh
      soit en lançant PuTTY pour se connecter en ssh après l'avoir téléchargé sur http://www.putty.org/. Entrer l'adresse IP du RaspBerryPi ou son Hostname.
      Sur Raspbian l’utilisateur est pi et le mot de passe raspberry (qu'il faudra changer par la suite).
      Soit, avec Bash (Ubuntu sous Windows10) taper "ssh pi@192.168.0.25" pour se connecter en ssh en utilisant l'IP du RaspBerryPi.
      WARNING: REMOTE HOST IDENTIFICATION HAS CHANGED! Cette erreur survient après réinstallation de Raspbian. Ce message signifie que les clés SSH ont changé. Pour résoudre le problème il faut réactualiser les clés SSH avec la commande suivante en remplaçant adresse-ip par l'ip du RaspberryPi
      $ ssh-keygen -R adresse-ip
    3. Avec Bash de Windows10, lancer VNC server sur le raspberrypi, en tapant vncserver
    4. Lancer VNC Viewer sur le PC, à télécharger sur https://www.realvnc.com/en/connect/download/viewer/.
      Renseigner VNC Serveur avec 192.168.0.25:1, le nom Raspberry par exemple.
      lors de la connexion, le nom d'utilisateur est pi et le mot de passe est celui de Raspberry.
  2. Nouvelle connexion.
    1. Avec Bash de Windows10, se connecter avec l'utilisateur pi et pas un autre en ssh en tapant :
      $ ssh pi@192.168.0.25
    2. Pour utiliser VNC si nécessaire,
      avec Bash de Windows10, lancer VNC server sur le raspberrypi, en tapant
      $ vncserver
      . Lancer l'application VNC Viewer sur le PC.

Installation d'un serveur Web.

ajouter encore 25' aux 45' précédentes, soit 1h10 pour tout installer.
https://www.kassianoff.fr/blog/fr/installation-configuration-owncloud
(et éventuellement https://raspbian-france.fr/installer-serveur-web-raspberry/)
Préférer utiliser aptitude ald apt-get, et ne pas changer. ATTENTION, respecter les majuscules.

Installation de Apache2, PHP, et base de donnée MySQL.

(PHP7.0.19-1 le 02/12/2017)
$ sudo aptitude update && sudo aptitude full-upgrade
$ sudo aptitude install apache2 mariadb-server libapache2-mod-php7.0
Pour vérifier que Apache fonctionne dans VNC Viewer, ouvrir le navigateur du RaspBerry, et taper http://127.0.0.1 On doit alors obtenir une page avec un message du genre « It works! » et plein d’autre texte.

Apache utilise le répertoire « /var/www/html » comme racine de site. Cela signifie que quand on apelle Raspberry sur le port 80 (http), Apache cherche le fichier dans « /var/www/html ». Par exemple, « http://127.0.0.1/example », Apache cherchera le fichier « example » dans le répertoire « /var/www/html ». /var/www/html/triptop/ (attention à la casse !!) appelé par http://192.168.0.25/triptop/

Pour ajouter de nouveaux fichiers, sites, etc., les ajouter dans ce répertoire.

$ sudo aptitude install php7.0-gd php7.0-json php7.0-mysql php7.0-curl
$ sudo aptitude install php7.0-intl php7.0-mcrypt php7.0-imagick
Pour vérifier que PHP fonctionne, supprimer le fichier « index.html » dans le répertoire « /var/www/html »
$ sudo rm /var/www/html/index.html
Puis, après avoir donné les droits nécessaires, créer un fichier « index.php » dans ce répertoire
        $ sudo chown -R pi:www-data /var/www/
        $ sudo chmod -R 770 /var/www/html/
        $ echo "<?php phpinfo(); ?>" > /var/www/html/index.php
            
Pour vérifier que PHP fonctionne dans VNC Viewer, ouvrir le navigateur du RaspBerry, et taper http://127.0.0.1 On doit alors obtenir une page indiquant la version de PHP et plein d’autre texte.

Installation de la base de données MySQL.

( Ver 15.1 Distrib 10.1.23-MariaDB, for debian-linux-gnueabihf (armv7l) using readline 5.2 le 09/12/2017)
$ sudo aptitude install mysql-server mysql-client
($ sudo aptitude install mariadb-server mariadb-client) non installée le 18/12/2017
Par défaut le système Raspbian ne permet pas de connexion à partir du compte super-utilisateur (root). Il est nécessaire d'activer celui-ci pour pouvoir s'y connecter.
Démarrer le "RaspberryPI" sur la distribution "Raspbian" et se connecter au terminal du système avec le compte principal (identifiant : "pi" et mot de passe : "raspberry").
Saisir la commande et choisir le mot de passe pour le compte super utilisateur puis le confirmer.
$ sudo passwd root
Enter new UNIX password:
Retype new UNIX password:
passwd: password updated successfully
Lors de la prochaine ouverture de session du système il sera maintenant possible de se connecter à l'aide du compte super utilisateur (identifiant : root) et du mot de passe saisi précédemment.
Se connecter à mysql, créer un autre utilisateur aillant les droits administrateur au cas où, supprimer l’utilisateur root, créer un nouvel utilisateur root, car celui par défaut n’est utilisable que par le compte administrateur du système, et n’est donc pas accessible aux script PHP du serveur.
        $ sudo mysql --user=root
MariaDB [(none)]> CREATE USER 'Pat'@'localhost' IDENTIFIED BY 'password'; (choisir un mot de passe) MariaDB [(none)]> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.* TO 'Pat'@'localhost' WITH GRANT OPTION; MariaDB [(none)]> flush privileges; MariaDB [(none)]> DROP USER 'root'@'localhost'; MariaDB [(none)]> CREATE USER 'root'@'localhost' IDENTIFIED BY 'password'; (choisir un mot de passe) MariaDB [(none)]> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.* TO 'root'@'localhost' WITH GRANT OPTION; MariaDB [(none)]> flush privileges; MariaDB [(none)]> QUIT (ou EXIT)(ou \q) sans mettre ;
Pour les prochaines connexions, utiliser une des commandes :
        $ mysql -u root -p
        $ mysql -u Pat -p
La solution la plus complète pour sécuriser mysql est de repondre "y" à toutes les question du script suivant :
$ mysql_secure_installation

Quelques fonctions à connaitre issues de https://dev.mysql.com/doc/refman/5.7/en/entering-queries.html
        $ mysql nom_base_de_donnees < fichier.sql ->Pour importer un fichier .sql dans mysql.
        $ mysql -u root -p -e "show databases;" ->pour voir les tables de mysql
MariaDB [(none)]> \c ->pour arrêter une requête non terminée MariaDB [(none)]> use test ->pour utiliser la base test
Dossiers à connaitre :
/etc/my.cnf : le fichier de configuration principal
~/.my.cnf : le fichier de configuration pour l'utilisateur
/etc/my.cnf.d/ : le dossier contenant les fichiers de configuration
/var/log/mariadb/mariadb.log : le journal du serveur
/var/lib/mysql/ : le dossier contenant les données du serveur (les bases de données)

Installation de PHPMyAdmin.

Permet de voir rapidement et de façon lisible le contenu de MySQL, ou de la manipuler.
En lançant la commande ci-dessous, choisir Apache, puis utiliser le choix par défaut pour la base (dbconfig-common). Le mot de passe root, peut être celui utilisé pour MySQL.
$ sudo aptitude install phpmyadmin
Relier phpMyAdmin avec le serveur Web Apache en ajoutant en fin du dossier de configuration une nouvelle commande, puis en redémarrant apache2.
$ sudo nano /etc/apache2/apache2.conf
$ Include /etc/phpmyadmin/apache.conf
$ /etc/init.d/apache2 restart
Pour vérifier le bon fonctionnement de PHPMyAdmin, tenter d’y accéder, en utilisant l’adresse du Raspberry suivi de /phpmyadmin. Par exemple, en local ce sera « http://127.0.0.1/phpmyadmin » avec le nom d’utilisateur « root » ainsi que son mot de passe MySQL.
En cas d'erreur, cela peut venir du fait que PHPMyAdmin se soit installé dans un autre dossier. Dans ce cas, essayer la commande :
$ sudo ln -s /usr/share/phpmyadmin /var/www/html/phpmyadmin
Une fois connecté, il est possible de lister les ensembles de données, les bases de données et d’intégrer des tableaux ou de les supprimer, entre autres.

Installation de OwnCloud.

Réglage de MariaDB pour OwnCloud.
        MariaDB [(none)]> CREATE DATABASE IF NOT EXISTS owncloud;
        MariaDB [(none)]> CREATE USER "owncloud"@"localhost" IDENTIFIED BY "password"; (remplacer password par un mot de passe fort)
        MariaDB [(none)]> GRANT ALL PRIVILEGES ON owncloud.* TO 'owncloud'@'localhost';
        MariaDB [(none)]> FLUSH PRIVILEGES ;
        MariaDB [(none)]> quit
Réglage de apache2 pour OwnCloud.
Modifier le poids maximal autorisé par Apache lors de l’upload de fichiers de façon à rendre plus pratique l’envoie de fichier via l’interface de OwnCloud.
Pour cela, modifier la ligne « post_max_size » et la ligne « upload_max_filesize » du fichier « /etc/php/7.0/apache2/php.ini »  en une valeur plus élevée, par exemple 10000M (10 Go), et redémarrer Apache2 pour appliquer les changement de valeurs.
        $ sudo nano /etc/php/7.0/apache2/php.ini
        $ sudo /etc/init.d/apache2 restart
S'assurer que les fichiers .htaccess soient pris en compte par le serveur.
Modifier les lignes contenant « AllowOverride None » en « AllowOverride All » dans le fichier de configuration « /etc/apache2/apache2.conf » puis après enregistrement du fichier, redémarrer Apache2.
        $ sudo nano /etc/apache2/apache2.conf
        $ sudo /etc/init.d/apache2 restart
Pour qu'OwnCloud fonctionne correctement dans Apache, il faut activer les modules rewrite et headers d’Apache. Rewrite permet la réécriture d’URL, et headers permet de gérer les en-têtes des requêtes et réponses HTTP
        $ a2enmod rewrite
        $ a2enmod headers
définir le groupe “www-data” contenant l’utilisateur du même nom utilisé par Apache en tant que groupe propriétaire sur les répertoires utiles au fonctionnement d’OwnCloud, et modifier les permissions sur ces mêmes répertoires, l'option "-R" permet d'avoir une récursivité, c'est-à-dire que les changements de droits vont s'appliquer à tous les sous-répertoires également.
        $ cd /var/www/html/
        $ sudo chown www-data:www-data -R owncloud/
        $ sudo chmod 770 -R owncloud/
Télécharger OwnCloud dans le répertoire courant /home/pi/ et après avoir installé unzip au cas où, dézipper le fichier téléchargé et le renommer, le déplacer, et lui attribuer les droits.
        $ wget https://download.owncloud.org/community/owncloud-10.0.4.zip
        $ sudo aptitude install unzip (au cas où)
        $ sudo unzip owncloud-10.0.4.zip
        $ sudo mv owncloud-10.0.4 owncloud (au cas où)
        $ sudo cp -r owncloud /var/www/html/

Mise en ligne d'un serveur Web.

Avec Free, rediriger les ports à partir de l'espace abonné https://raspbian-france.fr/installer-serveur-web-raspberry/ et non de Freebox OS.

Faire une copie de la carte SD.

  1. Télécharger win32diskimager
  2. Enlever la carte SD du raspberrypi et la mettre dans le PC.
  3. ... Oui mais plusieurs disque dans Windows !!! Je ne sais pas faire.

Transfert fichiers vers Raspberry.

Utiliser Filezilla avec les réglages suivants.

copieFillezilla

Reformater microSD si problème.

Après installation de Debian, la microSD est explosée en 3 volumes Recovery D, lecteur USB F, boot G.
Pour tout remettre d'aplomb, dans l'explorateur de fichier, clic droit sur Ce PC, gérer, stockage, gestion des disques, supprimer tous les volumes, supprimer la partition, créer un volume simple.



NAS.

Synology DS218+ Synology DS218+
  1. Fiabilité par suppression des erreurs de synchronisation dues à la lenteur de OneDrive.

  2. Confidentialité en n'ayant plus de données dans un Cloud public tel que OneDrive, Hubic, 1&1, Dropbox, ...
    En contrepartie, un peu moins de sécurité en cas de vol du NAS, mais il faut le cacher !

  3. Simplicité par la centralisation des sauvegardes, en supprimant les synchronisations sur différents supports DD externe, FreeBox, ordinateur Mylène, ou Cloud.
    Plus besoin de synchroniser avec la FreeBox pour voir sur la TV.
    Plus besoin de lancer des sauvegardes à partir des ordinateurs.

  4. Sécurité en gérant les deux disques en RAID1 qui sauvegardent en temps réel les mêmes données sur chacun des disques.

  5. Convivialité des photos.
    En sauvegardant automatiquement les photos prises avec le téléphone.
    En offrant la gestion du partage des photos en chargement et téléchargement pour tous.
    En accélérant et améliorant l'affichage sur la TV.

  6. Convivialité des films.
    Va chercher la jacquette sur internet et présente un menu super agréable.

  7. Ecologique, en n'alimentant pas les serveurs publics et en mettant le NAS en hybernation dès qu'il n'est plus utilisé.

  8. Gain de 43.06€/an en rappatriant le site internet hébergé chez 1&1, et 39.50€/an en utilisant le VPN intégré plutôt que celui de NordVPN.
    (Après coup, le gain NordVPN n'est pas réel. le VPN Synology n'est que pour communiquer entre un ordinateur distant avec VPN client et le NAS avec VPN server).

NAS Mise en route.

Formater en RAID 1 Btrf.

Installation de DSM 6.1.4-15217 Update 5 le 16/01/2018

Suivre le didactiel "Commencer avec DSM" super bien fait.
Dans serveur messagerie, FQDN à l'origine panas.diskstation.me devient mail.triptop.fr

Réinstallation de DSM.

  1. Sauvegarder sa configuration. https://help.synology.com/dsm/?section=DSM&version=5.2&link=AdminCenter%2Fsystem_configbackup.html
  2. Renommer le dossier photo en photo_old, lors de la réinstallation, un nouveau dossier photo vide est créé. S'il existe déjà, c'est un dossier photo_1 qui serait créé, obligeant à refaire tous les liens des DS Photo, ...
  3. Voici ce que provoque le bouton reset. https://www.synology.com/fr-fr/knowledgebase/faq/127
  4. Suivre cette procédure pour réinitialiser le NAS : https://www.synology.com/fr-fr/knowledgebase/tutorials/493#t3
  5. Restaurer la configuration précédemment sauvegardée.

  6. Installation de Photo Station.
  7. Depuis le Centre de Paquets, installer PHP 7.0
  8. Depuis le Centre de Paquets, installer Photo Station. Déplacer les photos de photo_old vers photo. Etre patient, car une fois les photos déplacées, il faut attendre la réindexation dans Photo Station avant de pouvoir réattribuer les privilèges qui ont disparus.
  9. (Photo Station Uploader, DS Photo pour Windows 10 ?)

  10. Installation de www.triptop.fr
  11. Depuis le Centre de Paquets, installer Apache HTTP Server 2.4 et Web Station.
  12. Configurer Web Station.
    CloudStation CloudStation CloudStation CloudStation
  13. Dans le Centre de paquets, installer phpMyAdmin, et PHP 5.6 pour son fonctionnement.
  14. Dans le Centre de paquets, installer MariaDB 10 en restaurant la base de données existante.
  15. Dans panneau de configuration / sécurité / Sécurité, cocher Améliorez la compatibilité du navigateur en ignorant la vérification de l'IP
  16. Dans panneau de configuration / sécurité / Certificat / ajouter le certificat triptop.fr à charger depuis D:\CloudStation\Documents\Références\Paramètres\NASynology\CertificatIonos1&1_triptop
  17. Dans le panneau de configuration / sécurité / Certificat / configurer le certificat *.triptop.fr
  18. Dans le panneau de configuration / sécurité / Avancé / Activer la compression HTTP
  19. Dans le panneau de configuration / Accès externe / Configuration du routeur, Ajouter une adresse DNS
  20. Dans le panneau de configuration / Accès externe / Configuration du routeur / Créer / Créer des règles de transmissions de port pour les Applications intégrées

  21. Installation de Cloud station Server.
  22. Installer Cloud Station Server. (Si possible après que la réindexation des photos soit terminée.)
  23. Dans le panneau de configuration / Accès externe / Configuration du routeur / Créer / Créer des règles de transmissions de port pour les Applications intégrées
  24. Dans le panneau de configuration / Accès externe / Configuration du routeur / Créer / Créer des règles de transmissions de port pour les Applications intégrées
  25. Dans Cloud Station Server, activer tous les dossiers partagés.
  26. Il faut malheureusement "Délier" Cloud Station Drive (CSD) en cliquant sur le sandwich en haut à gauche de l'application principale.
    En effet, il identifie que ce n'est pas le même serveur et ne fonctionne plus.
    Relier CSD qui va tout remouliner... (Je pense donc qu'on a perdu les différentes versions des fichiers ?)

  27. Installation de Hyper Backup.
  28. Aurait dû pouvoir récupérer la sauvegarde précédente, mais n'a pas fonctionné !
  29. Réinstaller et créer une tâche de sauvegarde des données, dossier local & USB, ne pas sélectionner de dossier, sélectionner toutes les applications (en sélectionnant Photo Station, les photos sont également sauvegardées) et la base MariaDB, régler la planification, Activer Smart Recycle
    CloudStation CloudStation CloudStation CloudStation CloudStation CloudStation

  30. Installation de MailPlus Server.
  31. Installer également Perl et Python nécessaire à son fonctionnement.

Administration. (Par l'administrateur)

  1. Dossier partagé.
    Masquer les dossiers et les fichiers des utilisateurs sans autorisation. Activer la corbeille, configurer les privilèges par le groupe.
  2. Groupe.
  3. Utilisateurs.
  4. Filestation.
    Pour limiter l’accès en lecture à un dossier, il faut donner la permission d’exécuter, pas celle d’écrire. Si la permission d’exécuter n’est pas donnée, on ne peut ouvrir le dossier.
  5. Cloudstation.
    - Un dossier partagé (avec nuage) avec propriétés « en lecture seule » ne peut être synchronisé avec Cloud Station.
    - Un sous-dossier en lecture seul, avec propriétés « en lecture seule » peut quand même être synchronisé si le dossier supérieur est synchronisé avec Cloud Station,
    indispensable pour pouvoir être vu avec Cloud Station.
    - Conclusion, par Cloud Station, on ne peut interdire la modification ou suppression.
    L'interdiction ou la suppression ne peut se faire qu'avec File Station.

FileStation.

Pour voir les fichiers des dossiers autorisés sur le NAS.
  1. Se connecter par : https://panas.diskstation.me:5001/
    Renseigner son prénom en minuscules sauf première lettre Majuscule. Renseigner son mot de passe. Cliquer sur le raccourci « File Station ».
  2. Création raccourcis et favoris sur le bureau du NAS.
    Clic droit sur le dossier ou fichier et sélectionner favori ou raccourci, ou en glissant simplement le dossier sur le bureau.
    Des combinaisons de raccourcis sont possibles en glissant des raccourcis ou des dossiers sur des raccourcis existants.
  3. Export de DD vers NAS.
    Glisser déplacer à partir de l’image de son poste de travail local dans le dossier souhaité de FileStation ouvert dans Chrome. (ne fonctionne pas dans Firefox)
  4. Import de NAS vers DD.
    Depuis FileStation, se positionner sur le dossier ou fichier à importer, clic droit, télécharger, ajouter à la file d’attente, et choisir le dossier du DD vers lequel il doit être importé. Si le dossier est trop gros, il est possible de le compresser préalablement par : ajouter à l’archive. C’est alors l’archive qui est traitée comme précédemment.
  5. Création d'un lien.
    Il est préférable de transmettre un lien vers un gros fichier, plutôt que le fichier lui-même. Avec la même manipulation, on peut d’ailleurs créer un lien sur un dossier complet.
    Se connecter à FileStation. Clic droit sur le fichier ou dossier à partager, sélectionner « partager les liens de fichiers ». Définir une période de validité et éventuellement un mot de passe.
    Recopier l’adresse htpps proposée, et la transmettre.
    Ne permet que de mettre à disposition du contenu, ne donne pas la possibilité à quelqu'un extérieur de déposer du contenu !!!

Sur Synology, 3 étapes de sauvegarde.

  1. Snapshots : permet à un utilisateur de restaurer facilement (2 ou 3 cliques) un fichier supprimé récemment (quelques heures/jours)

  2. Cloud Station Drive : sauvegarde les dossiers partagés sélectionnés dans l'application principale en cliquant sur l'icone en bas à droite de l'écran.
    Pour récupérer une version d'un document ou d'un dossier, ouvrir dans DSM la Console d'administration Synology Drive, puis l'explorateur de version. on peut choisir les versions d'un dossier ou d'un fichier.
    Voir chapitre NAS Mise en route.
    En cas de modification de mot de passe de l'accès au NAS, modifier également celui de Cloud Station Drive

  3. Cloud Station Backup permet de sauvegarder certains dossiers spécifiques de UserPatrick dans le dossier Cloud Station / Backup.
    1. NTUSER.DAT doit être exclus, car non synchronisable.
    2. C:\Users\pacuv\AppData\Local\Microsoft\OneNote\16.0\Sauvegarder pour sauvegarder OneNote. (ou dans OneNote, faire fichier / Option / Enregistrer et sauvegarder, et modifier le dossier de sauvegarde C:\Users\pacuv\AppData\Local\Microsoft\OneNote\16.0\Sauvegarder en D:\CloudStation\Documents\Blocs-notes OneNote, arrêter et relancer OneNote, CloudStation pourra alors prendre en charge la sauvegarde.)
      Ne fonctionne pas avec Office 365. Il ne reste plus qu'à télécharger OneNote bureau (qui peut vivre avec celui d'Office 365 !)
    3. C:\Users\pacuv\AppData\Local\Microsoft\Windows Photo Gallery\Original Images

    4. C:\Users\pacuv\AppData\Roaming\KeePass pour retrouver la config de keepass keepass.config.xml
    5. C:\Users\pacuv\AppData\Roaming\MyPhoneExplorer

    6. C:\Users\pacuv\mytourbook. A noter que MyTourbook stocke les données dans une base de données interne mais qu'il est possible de les stocker sur une base de données externe (option disponible dans Outils/ Préférences/ Général/ Parcours). Avec de dernier format il est possible d'accéder aux données depuis un requêteur du type SQL Explorer.
      En cas de modification de mot de passe de l'accès au NAS, modifier également celui de Cloud Station Backup.

  4. Hyper Backup : permet à un utilisateur/administrateur de restaurer un fichier supprimé il y a plus longtemps. permet de sauvegarder des applications et des configurations système et de les restaurer lorsque cela est nécessaire pour assurer la cohérence des données. Effectué en quelques secondes seulement, le processus d'instantané n'a qu'un impact réduit sur les performances du système. Par rapport à Hyper Backup, Snapshot Replication est plus rapide au niveau de la vitesse de sauvegarde/du temps de récupération et est également applicable à des dossiers partagés et des iSCSI LUN.
    Les dossiers .pst de Outlook peuvent être sauvegarder avec Hyper Backup si Outlook est fermé lors de la sauvegarde.
    Il faut préalablement avoir sélectionné "Documents/Fichiers outlook" et avoir filtré les documents .pst dans CloudStation.
    Sinon, la seule solution est SyncBackFree, Outlook étant fermé. voir : SyncBackFree.
  5. En cas de modification de mot de passe de l'accès au NAS, modifier également celui de Hyper Backup
  6. archives : permet à un utilisateur/administrateur de récupérer (il ne s'agit pas d'une restauration) une ancienne version d'un fichier

Chacune de ces étapes peut travailler à différents niveaux (mode fichier, mode bloc) et utiliser diverses techniques (compression, dé-duplication, ...) et donc être plus ou moins gourmande en espace disque.

How to choose between Snapshot Replication, Cloud Station, and Hyper Backup?

Snapshot Replication Cloud Station Synology Hyper Backup
Backup location
  • Local
  • Remote Synology NAS
  • Local
  • Remote Synology NAS
  • External drives
  • Local shared folder
  • Remote Synology Server
  • rsync server
  • Public clouds
Backup topology
  • NAS-to-NAS
  • PC-to-NAS
  • NAS-to-NAS
  • NAS-to-NAS
  • NAS-to-server
  • NAS-to-cloud
Usage

Application-aware backup Back up files of various nature, including database and virtual machines

PC backup Cross-platform file sharing and collaboration NAS-to-NAS realtime replication

Archive data into multiple versions while minimizing storage resources. Back up data to the public cloud. Back up Synology applications including Photo Station, MariaDB, Surveillance Station, etc.

Schedule

Schedule

  • Shared folders: up to every 5 min
  • LUNs: up to every 15 min

Realtime

Schedule

  • By day or hour
Versioning

Yes

  • Shared folders: up to 1024
  • LUNs: up to 256
  • Up to 65000 snapshots system-wise*

Yes, up to 32 per file

Yes, incremental forever

Retention policy

First-in-first-out or custom retention policy per shared folder/LUN

First-in-first-out or Intelliversioning per file

First-in-first-out or Smart Recycle per task

What is backed up
  • Shared folders
  • LUNs
  • Files
  • Shared folders
  • System configurations
  • Supported Synology apps
Consistency

Shared folder or LUN

File-level

File-level (shared folder level if on btrfs volume)

Storage reduction technology
  • Shared folder: Btrfs snapshot
  • LUN: Advanced file LUN
  • Synology Point Recovery (block-level file verisioning)
  • Synology deduplication
Transferred data

Changed blocks

Modified bytes

Deduped data chunks

Transfer encryption

Yes, SSL/TLS

Yes, SSL/TLS

Yes, SSL/TLS

Data compression

No

No

Yes

Data encryption
  • Encrypted shared folder
  • Encrypted shared folder
  • Client-side encryption
  • Encrypted shared folder
Recovery options
  • Single file recovery
  • Point-in-time recovery
  • File-based version history
  • Single file recovery
  • Point-in-time recovery
Self-service recovery

Yes, via web interface and Windows File Explorer

Yes, via web interface and desktop app

No

Recovery speed

Very fast

Fast

Moderate

Required file system

Btrfs

Any file systems supported by Synology internal volume

Any file systems supported by Synology internal volume

Required hardware

Synology NAS with Btrfs support

Synology NAS running DSM 6.0 onwards

Synology NAS running DSM 6.0 onwards

TCO for creating local recovery points

One Synology NAS with Btrfs support

One Synology NAS

One Synology NAS

TCO for creating offsite backups

Two Synology NAS with Btrfs support

Two Synology NAS

One Synology NAS plus another Synology NAS, rsync server or public cloud storage

Strength
  • Fast backup and recovery
  • Most frequent backups
  • Low system resource impact during backup
  • Realtime difference replication
  • Allows two-way sync
  • Effective recovery points per file
  • Supports a variety of destinations
  • Incremental forever
  • Highest storage efficiency

Choix Photo Station plutôt que Moments.

Moments et Drive seraient pratiques sur smartphone pour donner à des utilisateurs non expérimentés, mais ne fonctionnent pas sans installation sur le NAS.
La synchronisation des photos du smartphone doit se faire plutôt avec DS Files (équivalent de File Station sur smartphone), mais on peut aussi conserver DS Photo pour visualiser les photos du NAS sur smartphone.

Synchronisation.

Synology Drive. (était CloudStation)

Pour synchroniser des fichiers de son ordinateur avec le NAS.
  1. Installation.
    - Fermer les applications en cours.
    - télécharger Synology Drive Client "Synology Drive Client-2.0.1-11061.exe" avec le lien :
    https://global.download.synology.com/download/Tools/SynologyDriveClient/2.0.1-11061/Windows/Installer/Synology%20Drive%20Client-2.0.1-11061.exe
    - Installer Drive Client.
    Double cliquer sur le fichier télécharger, suivre les instructions, fermer et lancer Synology Drive Client.
    Les paramètres de CloudStation sont automatiquement retranscrits dans Drive Client, et la réindexation se fait automatiquement. Un peu long, car reprend tous les fichiers...
    Sinon, Démarrer maintenant, laisser le nom de l'ordinateur comme préchargé, et renseigner :
    Adresse du serveur : panas.diskstation.me,
    Nom d'utilisateur : son prénom en minuscules avec première lettre Majuscule, par exemple (Guy)
    Mot de passe : transmis par l'administrateur,
    Activer le chiffrement SSL, puis cliquer sur suivant.
    Accepter de procéder quand même malgré l’avertissement de certificat SSL.

  2. Paramétrage.
    CloudStation - Sélectionner les dossiers de synchro local.
    En modifiant les chemins proposés si nécessaire.
    C’est bien de mettre toutes les données sous le même dossier D:\CloudStation. (Ou C si D n’existe pas).
    Sélectionner les dossiers synchronisés souhaités.
    - Pour Images, déselectionner les dossiers de Guy, qui ne doivent pas descendre sur un autre ordinateur que le sien.
    - Pour Music, ne faire la synchro que dans le sens NAS vers PC, et ne sélectionner que quelques dossiers, car le dossier du PC est synchronisé avec celui du smartphone, mémoire limitée...
    - La liaison s'effectue.
    Un icône est maintenant sur le bureau, et dans la barre d'outils en bas à droite, un nouveau programme "Synology CloudStation" est dans les programmes. La synchronisation démarre. Elle peut être longue, suivant le nombre de fichiers à synchroniser !!!

Triptop sur NAS

Transfèrer le nom de domaine.

Dans 1&1 sélectionner Noms de domaine / redirection http pour ouvrir le détail / > Modifier les paramètres DNS
Choisir autre adresse IP et indiquer l'IP de la box en A pour IPv4, en AAA pour IPv6.

Installer le paquet WebStation.

Synology DS218+ Synology DS218+ Synology DS218+ Synology DS218+ Synology DS218+ Sélectionner dans les paramètres généraux Apache HTTPServeur 2.4 et DefaultProfile (PHP7.0)

Récupérer et paramétrer les certificats.

Le déblocage du port 80 de la box est nécessaire pour obtenir un certificat avec Let's Encrypt de Synology.
Mais je pense que c'est mieux de revenir au 80 après téléchargement du certificat.
J'ai constaté des anomalies avec OneNote et Outlook qui indiquaient ne pas être connectés à internet ?!
Synology DS218+

Mais une autre solution est meilleurs ! Utiliser le certificat de 1&1 Ionos qui se renouvelle automatiquement.

Pour la première fois. Pour les autres fois, la maj doit se faire automatiquement ?

Mail Synology

La commande "mail($destinataire,$sujet,$message,$entete);" ne fonctionne pas avec le DSM Synology. Malgré l'intervention de deux experts Malek Kouidri ticket #2192050 et Alessandro PRANZO ticket #2209562...
La solution est d'installer une librairie telles que Zend Mail, SwiftMailer ou Zeta Components Mail.

J'ai préféré installer la librairie PHPMailer.(https://alexwebdevelop.com/phpmailer-tutorial/)
Il faut récupérer les fichiers PHPMailerAutoload.php PHPMailer.php Exception.php